navigation

ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2010 20 octobre, 2010

Posté par Webmaster dans : Liens , 2 commentaires

RESULTAT ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2010 : PREMIER MI-TEMPS

NOUS SOMMES D’ACCORD QU’IL YA QUELQU’UN EN FACE

PLUTOT QUE DU MAÏS COMME LE DISENT LMP.

« OSER LUTTER C’EST OSER VAINCRE, LA LUTTE NE FAIT QUE COMMENCER »

        38.3%      ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2010 dans Liens logo-lmp                32.08% logo-rdr dans Liens                        
      LG          ADO 

          Laurent GBAGBO                 Alassane OUATTARA
                       LMP                               RDR

                             25.24%      logo-pdci-rda

                           HKB

                          Henri Konan BEDIE
                                    PDCI

rci_tendences_regions_pr


 

 

 

 

 

DES COUPEURS DE ROUTE AU RDR:La galère des associations de soutien à ADO 4 août, 2010

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Dossier / Rassemblement des Républicains (RDR) La galère des associations de soutien à ADO 

La création du Rassemblement des Républicains (RDR), le 27 septembre 1994, a favorisé la naissance de plusieurs associations et mouvements de soutien au Dr Alassane Dramane Ouattara, président dudit parti. Avec plus de 300 ONG, Clubs et Mouvements de soutien, le RDR n’a rien à envier aux autres formations présentes dans le marigot politique ivoirien. Ces organisations issues principalement de la société civile et rattachées au Secrétariat National chargé des ONG et du monde associatif (SNOMA), mènent leurs activités sur le terrain et essaient, tant bien que mal, de glaner des voix pour leur candidat, le Dr Alassane Dramane Ouattara. 

Les messagers du RDR, MONADO, UNADO, ANGADO, MIADO, JMV-ADO, Vague 5 millions, MOUJEER-CI, MONASTADO, COSADO… Qui n’a jamais entendu parler d’au moins un mouvement de soutien au président du Rassemblement des Républicains et au RDR ? Toutes ces associations qui foisonnent sur l’étendue du territoire national, ont pour objectif essentiel la victoire du candidat du RDR à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Pour ce faire, les responsables de ces mouvements parcourent le territoire ivoirien pour la sensibilisation de tous les militants, sympathisants et aux autres indécis, sur le programme de gouvernement et le projet de société, « Le vivre ensemble » du Rassemblement des Républicains. Avec l’appui financier de certaines bonnes volontés, en plus des cotisations des membres, les associations, clubs et mouvements de soutien au Dr Alassane Ouattara et au RDR, sont de plus en plus actifs sur le terrain. Sanogo Mamadou Junior, le président des Messagers du RDR, un mouvement qui existe depuis six (6) ans maintenant et qui compte aujourd’hui 872 membres, composés en grande majorité de sympathisants toutes les ethnies confondues, nous a fait part de ses préoccupations. « Nous avons mené beaucoup d’activités sur le terrain, nous avons appuyé toutes les activités du parti en participant activement aux audiences foraines et aussi lors de l’inscription sur la liste électorale. Nous avons parcouru les marchés et ce qui me réjouit, c’est que ce sont des jeunes volontaires prêts à aller sur le terrain pour la cause du Dr Alassane Ouattara », explique-t-il. L’une des activités à laquelle Sanogo Mamadou attache du prix, c’est assurément l’opération « RDR sans bulletins nuls », dont l’objectif est de réduire considérablement le nombre de bulletins nuls lors des joutes électorales à venir. Mais, cette opération n’a pas véritablement connu le succès escompté, les responsables du RDR, notamment le secrétaire chargé des élections ne s’y est pas intéressé. « Les erreurs de vote que nous avons identifiés au cours des séances que nous avons organisées étaient vraiment inacceptables. Il y a des gens qui cochent toutes les cases sur un bulletin de vote. Ce n’est pas normal. Malheureusement, la direction du RDR ne s’est pas impliquée dans cette action. Ce qui serait plus intéressant, c’est que les responsables viennent sur le terrain pour voir comment ça se passe. Nous avons adressé des demandes d’appui à la direction, pour qu’on mette à notre disposition de supports pour apprendre aux militants comment voter. Malheureusement nous n’avons rien reçu, alors que c’était le minimum », déplore avec un pincement au cœur, le président des Messagers du RDR, par ailleurs président de l’Alliance des ONG et Clubs de soutien au RDR, fondateur de l’ONG « Mieux vivre-Côte d’Ivoire ».

Ce projet a purement et simplement été mis en stand by. Sanogo Mamadou ajoute également que le secrétariat aux ONG et au monde associatif du RDR (SNOMA) dirigé par Mme Madiara Yao Coulibaly, n’a pas cru en leur capacité.

« Notre secrétariat ne s’est pas battu pour nous, alors que son premier devoir était de nous soutenir, d’amener la direction à entrer dans cette dynamique avec nous. Cela n’a pas été le cas et c’est dommage. Tous les secrétariats au RDR ont reçu notre courrier, même le secrétariat chargé des élections a été sollicité. Ils nous ont promis une aide, mais jusqu’à présent, nous n’avons rien vu. On peut soutenir notre parti avec nos idées, notre force physique et nos moyens financiers, mais il faut par moment que la direction nous vienne en aide. C’était une occasion que nous leur offrions pour voir effectivement les organisations qui travaillent sur le terrain, parce que parmi nous, il y a beaucoup de structures qui ne font rien sur le terrain », a lâché Sanogo Mamadou. 

Difficile cohabitation avec les DDC et les DLC La volonté et la détermination de la société civile pour la victoire du RDR est une réalité certes, mais les différentes structures subissent encore « les humeurs » dans certaines directions départementales et locales de campagne du leader du RDR. A ce sujet, le président des Messagers du RDR en a gros sur le cœur. « Il y a plusieurs associations qui sont très dynamiques sur le terrain, mais qui n’ont pas été prises en compte dans les directions départementales et locales de campagne du RDR », fulmine notre interlocuteur, qui va même jusqu’à dénoncer le système mis en place au niveau du RDR. « Le parti a mis en place des comités dénommés Comités de mobilisation de proximité (CMP). Je ne peux pas comprendre qu’une association qui organise ses activités avec ses propres moyens, puisse être dirigée par des secrétaires de section qui sont pratiquement invisibles. En ce qui me concerne, par exemple, la dernière réunion que nous avons eue avec notre secrétaire de section à Attécoubé, date de quatre ans. C’est un calcul qui n’est pas juste et qu’il faut revoir, parce que nous les présidents d’associations, nous sommes capables de mobiliser à tout moment », ajoute-t-il. Ce cri de cœur est partagé par l’ensemble des associations de la société civile du RDR, qui réclament leur intégration dans les directions départementales et locales de campagne, afin qu’elles se sentent concernées par une cause commune, la victoire du Dr Alassane Dramane Ouattara.

« Nous, nous sommes des alassanistes et notre lutte c’est la victoire de notre mentor. Si les responsables qui ont été désignés par le parti nous font appel pour travailler avec eux, nous sommes partant mais ce n’est pas le cas », explique Kouassi Yao Denis, pasteur à Yamoussoukro et président du mouvement AYOUAN-AYOUAN qui signifie la terre, en langue Baoulé. 

Les coupeurs de route toujours actifsMecontent Les associations, mouvements et clubs de soutien constituent, à n’en point douter, une force pour le Rassemblement des Républicains, d’autant plus que la majeure partie des leaders actuels de ce parti, sont des produits de la société civile. Karamoko Yayoro, le président du RJR, Péko Narcisse, le président de l’UTL, Touré Mamadou, de la CPC et Mme Yao Madiara Coulibaly, pour ne citer que ceux-là, qui font aujourd’hui la fierté du RDR, sont des purs produits de la société civile.

Or, des voix s’élèvent pour présenter les responsables d’associations comme des adversaires politiques sur le terrain, des menaces aux ambitions personnelles de certains responsables locaux. « Nos responsables travaillent sur le terrain pour leurs propres compte et non pour le Dr Alassane Ouattara. Ils refusent parfois de tendre la main aux structures de la société civile, ce qui est contraire au souhait de notre candidat », explique un militant du RDR, sous le couvert de l’anonymat.

« Lors du 2ème congrès, les 1er, 2 et 3 février 2008 à l’hôtel Ivoire, il a été dit qu’il existe des coupeurs de route au RDR. Jusqu’à présent ce phénomène continue, parce que les portes de la résidence du Dr Alassane Ouattara restent fermées au monde associatif. Mais, il arrive souvent que pour se faire valoir devant le président, ces coupeurs de route choisissent des responsables de clubs de soutien pour les conduire auprès d’ADO », constate Diarrassouba Brahima, le président du Mouvement Notre ADO. Un dialogue direct avec ADO réclamé 

Tous nos interlocuteurs sont unanimes. Il faut une rencontre officielle entre le président du RDR et les associations, ONG et clubs de soutien. « Les reports successifs des élections nous ont permis de constater qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, parce que rien n’est gagné. Les mouvements et les clubs de soutien sont organisés et ils constituent une force sur laquelle les responsables du parti peuvent s’appuyer. Mais, nous remarquons ces responsables ne font appel à ceux qu’ils peuvent manipuler pour leur propre compte. Il faut que Alassane Ouattara nous rencontre, parce que nous avons beaucoup de choses à nous dire. Mais est-ce que cette rencontre aura vraiment lieu ? Nous en doutons », s’inquiète Sanogo Mamadou Junior.

Patrick Olivier Doua Dion
Journaliste
L’Intelligent d’Abidjan

Anne Ouloto (porte-parole d’ADO) au FPI : “Le pays n’est pas la plantation du FPI » 14 mai, 2010

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Anne Ouloto (porte-parole d’ADO) au FPI : “Le pays n’est pas la plantation du FPI »

 

Sortie

                          Mme Anne Désirée Ouloto, porte-parole principale de campagne du Dr Alassane Ouattara (RDR)

Elle n’a pas sa langue dans la poche. Anne Ouloto, porte-parole du candidat Alassane Dramane Ouattara n’a pas usé de la langue de bois pour faire le procès du processus électoral. A l’invitation « des Messagers du RDR », elle a animé samedi dernier, sur l’esplanade de la mairie d’Attékoubé, une conférence publique dont le thème était : « processus de sortie de crise : engagement et responsabilité des Ivoiriens dans la lutte pour une Côte d’Ivoire réunifiée et prospère ». Du démarrage de la crise armée en 2002 à la fin du mandat de Laurent Gbagbo en 2005 en passant par les différents accords, dont celui de Ouagadougou signée en 2007, la porte-parole d’ADO et secrétaire nationale chargée de la solidarité a fait l’historique du processus électoral, avant de faire remarquer à l’assistance que tout est bloqué aujourd’hui. « A la signature de l’APO, il était convenu que l’élection présidentielle ait lieu dans 10 mois. Trois ans après, rien n’est fait par la seule volonté du FPI », a-t- elle expliqué. Il faut donc une prise de conscience des Ivoiriens pour une fin heureuse du processus avec l’organisation de l’élection », a-t-elle souhaité. Selon elle, le processus a été bloqué par le FPI et son régime parce qu’ils savent qu’ils sont minoritaires. C’est pourquoi, ils demandent que la liste des 5.300.000 personnes soit nettoyée, une liste qui a été pourtant jugée propre par le représentant du secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), M Choi. Pour la conférencière, ce terme de nettoyage est impropre puisqu’il ramène à la saleté. « Qui est donc sale sur la liste ? », s’est elle interrogée. Aujourd’hui, pour continuer de retarder le processus, le FPI parle d’un nouveau mode opératoire, du renouvellement des CEI locales, du désarmement et du contrôle même de la CEI centrale. « Trop, c’est trop, le FPI pense que la Côte d’Ivoire est sa plantation et qu’il peut y faire ce qu’il veut. Je dis non, parce que la Côte d’Ivoire appartient à nous tous », a-t-elle martelé. Impossible donc, pour elle, d’accepter que le FPI impose ce qu’il veut. On ne peut pas accepter les augmentations de façon fantaisiste du carburant pour faire souffrir les populations et pendant ce temps, le FPI fête la liberté. « La liberté peut-être de tuer les Ivoiriens, de leur imposer le délestage, les coupures d’eau… Face à cette situation que faire ? », s’est-elle demandé. La réponse pour la porte-parole d’ADO est simple : « De notre engagement, dépendra la réunification du pays et sa prospérité. Le destin de la Côte d’Ivoire est entre nos mains à tous. Il faut, ensemble, donner de l’espoir aux Ivoiriens », a-t-elle suggéré. Il faut, a-t-elle poursuivi, emboîter le pas aux jeunes. « Le 15 mai, ils ont décidé de marcher. Il faut que nous tous, nous soyons avec eux pour réclamer la date de l’élection et faire comme Laurent Gbagbo qui disait que «les marches, ça marche ». Cette élection, permettra a poursuivi la conférencière de voir un homme aux compétences reconnues à travers le monde de prendre en main la gestion de ce pays. « ADO a un programme qui prend en compte toutes les couches sociopolitiques. C’est ainsi qu’il rendra les frais d’accouchement gratuits », a-t-elle expliqué. C’est pourquoi, elle a invité l’assistance à aider ADO à accéder au pouvoir par les urnes. Ce que cherche aujourd’hui, l’opposition c’est l’élection présidentielle et rien d’autre. « Il faut tout faire pour obtenir l’élection et fermé la bouche au FPI », a souhaité Anne Ouloto. Parlant du processus de sortie de crise, elle a invité le pouvoir à laisser la CEI travaillé librement. Le pays, ne saurait accepter la dictature rampante du FPI. Sanogo Mamadou Junior, président « des messagers d’ADO a, avant Anne Ouloto, invité tous ceux qui veulent abandonner la lutte de redoubler d’effort. « C’est vrai que par moments, certains pensent abandonner. Je vous prie de regarder l’exemple de notre président, lui qui, malgré toutes les humiliations, a accepté de pendre la tête de la lutte jusqu’à la victoire finale. Au non de Mme Yao Madiara Coulibaly, secrétaire nationale chargée des ONG et du monde associatif, M Koné a exhorté le nombreux public à plus d’engagement. Un public qui, satisfait, a fait un standing ovation à la conférencière à la fin de son intervention.

 

Thiery Latt

IVORY COAST IS REALLY BACK 17 mai, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire
International

© AP par DR
International : 66ème Assemblée générale des Nations Unies, à New York
Ivory Coast`s President Alassane Ouattara addresses the 66th United Nations General Assembly at the U.N. headquarters in New York, September 22, 2011.

LES 14 AXES STRATEGIQUESLe président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, participe depuis le lundi 19 septembre 2011, à la 66ème Assemblée générale de l’Onu à New York. Hier, le numéro un ivoirien s’est adressé au monde entier à la tribune de cette prestigieuse organisation. Le règlement des conflits dans le monde, la lutte contre le terrorisme, la criminalité, la sécurité en Côte d’Ivoire et dans la sous région ouest africaine, le processus de réconciliation nationale, les actions de développement en Côte d’Ivoire sont, entre autres, les sujets abordés par Alassane Ouattara. Ci-dessous son intervention.(…) Monsieur le Secrétaire général, tout en vous réitérant mes chaleureuses félicitations pour votre réélection, je voudrais renouveler au nom du peuple et du gouvernement ivoiriens, ainsi qu’à mon nom propre, notre profonde gratitude et notre reconnaissance pour la contribution déterminante des Nations Unies et pour votre implication personnelle dans le règlement de la crise ivoirienne. Monsieur le président, je note avec satisfaction que pour la première fois de son histoire, une femme, madame Dilma Rusself, démocratiquement élue à la tête du Brésil, ait ouvert notre débat général. Je m’en félicite. Les thèmes retenus par cette session,  »le rôle de la médiation dans le règlement des litiges par des moyens pacifiques », traduit notre volonté de placer notre organisation commune au cœur des processus de résolution des crises internationales. Il interpelle également de l’importance de l’une des principales missions assignées à l’Onu. A savoir l’usage et la promotion de la négociation au niveau de la résolution des conflits dont la multiplication et la gravité n’ont cessé de menacer et l’équilibre et le progrès de l’humanité ces dernières années. La mise en œuvre d’une telle approche dans les relations internationales, commande l’implication déterminée et solidaire des Etats membres dans la recherche de solutions négociées aux différends actuels et futurs aux plans régional, sous régional et international. A cet égard, je me félicite de l’indépendance du Sud Soudan, et de son admission en tant que 193ème membre des nations unies. L’histoire récente des peuples met en exergue les vertus du dialogue et de la négociation dans la résolution des conflits, même les plus complexes. Comme en témoigne le démantèlement de l’apartheid. Et même si elles sont encore modestes, les avancées enregistrées dans le règlement de la crise israëlo-palestiniene. Ce thème nous interpelle à plus d’un titre. Car le père de la nation ivoirienne, le président Félix Houphouët-Boigny a marqué l’histoire de la Côte d’Ivoire, voire du continent africain, par son approche pragmatique de règlement des conflits par le dialogue. En témoigne le prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix institué par l’Unesco, qui représente la reconnaissance de la communauté internationale pour ses efforts en faveur de la paix. Donc, c’est avec honneur et fierté, que je m’engage à inscrire mon action dans la droite ligne de l’approche promue par cet infatigable apôtre du dialogue et de la paix. Dans cet optique, mon pays est entièrement disposé, comme par le passé, à promouvoir sans relâche, l’option de la négociation comme solution pour prévenir et régler les conflits et garantir la paix, condition préalable à tout développement économique et social dans le monde. Monsieur le président (de l’Assemblée générale), la paix tant recherchée, même par les moyens appropriés de la concertation et du dialogue, ne peut être possible sans un développement économique plus équilibré et plus juste de notre monde. A cet égard, la crise économique et financière qui a secoué le monde trois ans durant, et dont les conséquences continuent de se faire sentir notamment dans les pays en développement, nous interpelle, même si la croissance devient de plus en plus perceptible dans certaines regions. Cette tendance à la hausse amorcée depuis 2010, en partie grâce à la performance économique des pays émergents et en développement, doit nécessairement être consolidée si nous voulons prévenir durablement la survenue d’une autre crise. Toutefois, une forte croissance économique ne suffit pas pour garantir à notre monde la sûreté et la stabilité. Elle doit être nécessairement accompagnée par un accès transparent et équitable à l’emploi notamment celui des jeunes, à la sécurité et à la justice si l’on tient à juguler les cycles de violences politiques criminels. Il est donc urgent d’adopter un nouveau modèle de développement bâti autour de la contrainte environnementale qui assure à la population, la satisfaction de ses besoins. Des besoins d’emplois, de sécurité et de justice. Un tel défi ne peut être relevé que de façon solidaire. Monsieur le président, honorables invités, les crises alimentaires, énergétiques et environnementales ainsi que les catastrophes naturelles dont la fréquence et la gravité sont exacerbées par le phénomène des changements climatiques, montrent combien l’équilibre de l’humanité, en dépit des progrès immenses accomplis dans d’innombrables domaines, restent fragiles. Elles démontrent également que le destin des peuples du monde, est lié. Car aucune frontière géographique, raciale, religieuse, ne résiste ni à la survenance ni aux effets nocifs de ces phénomènes. Nous devons, dès lors, conscients de nos responsabilités vis-à-vis de nos peuples mais surtout à, l’égard de l’humanité tout entière, combiner nos efforts dans un cadre bilatéral pour trouver des solutions novatrices et efficaces face à ces crises et catastrophes qui font peser des menaces réelles sur la paix et la sécurité internationales. Je voudrais à cet égard réitérer la compassion du peuple et du gouvernement ivoirien aux victimes de catastrophes naturelles notamment au Japon, dans les caraïbes et aux Etats unis. J’ai également une pensée particulière et fraternelle pour les populations de la corne de l’Afrique, qui souffrent gravement de la famine du fait de longues sécheresses. Face à ces drames humanitaires, l’engagement politique de tous les Etats membres de l’Onu, est indispensable. Ainsi, ma délégation se félicite des initiatives prises par la communauté internationale notamment la présidence française du G20. Les Institutions spécialisées des nations unies et de l’Union africaine en vue de répondre aux besoins immédiats des populations concernées. Monsieur le président, la paix et la sécurité internationales demeurent une source de préoccupation majeure pour notre organisation. Eu égard à la multiplication des conflits armés, des menaces nucléaires, des activités terroristes et de la criminalité transfrontalière, des trafics humains et de drogues ainsi que des pandémies. Choses qui mettent à mal le développement harmonieux du monde, particulièrement l’Afrique qui, secouée par de nombreux foyers de tensions, peine à assurer son développement économique et social malgré ses énormes potentialités. L’Onu a un rôle à jouer dans le renforcement de la solidarité internationale indispensable à la recherche de solutions indispensables et appropriées à ces crises. Cette approche nécessite la mobilisation de ressources suffisantes pour financer la recherche et le développement dans les domaines de l’agriculture vivrière, des énergies renouvelables et du développement durable. Pour ce faire, une réduction substantielle des fonds consacrés aux dépenses militaires, contribuerait à réunir ces ressources. Un tel sacrifice serait hautement salutaire pour la survie de l’humanité. Monsieur le président, honorables délégués, conscient de ces crises, mon pays depuis ma prise de fonction, s’attèle à renforcer la sécurité de son territoire. Ainsi, des discussions sont en cours de finalisation avec la signature d’accord tripartite avec nos voisins notamment le Libéria avec qui l’accord a été déjà signé, le Ghana et la Guinée d’une part, et avec le Haut commissariat aux réfugiés soutenus par les organisations onusiennes de maintien de la paix présentes dans la région. Ces accords visent à permettre le retour volontaire et rapide des refugiés ivoiriens dans ces pays frères, et prémunir les frontières ouest et Est contre les mouvements d’hommes armés, des trafiquants d’hommes, de pierres et de métaux précieux. Les négociations sont également engagées avec nos partenaires occidentaux pour faire de la Côte d’Ivoire une plate forme de défense et de sécurité au niveau régional dans la perspective de la lutte anti terroriste. La récente ratification du protocole relatif à l’utilisation des enfants dans les conflits armés, s’inscrit dans notre ferme volonté d’user de tous les moyens légaux pour lutter contre la violence et veiller à la sécurité des populations les plus fragiles notamment les femmes et les enfants. Monsieur le président, le dénouement de la crise sociopolitique survenue en Côte d’Ivoire depuis 2002, marque par ailleurs le retour de la démocratie dans mon pays. Démocratie fondée sur la promesse d’un Etat de droit, d’une société rassemblée autour d’un idéal commun dans la paix et le respect des droits de l’homme. C’est pourquoi, ‘’le vivre ensemble’’ constitue la pierre angulaire de mon programme de gouvernement. Dès ma prise de fonction, j’ai érigé la réconciliation nationale au rang des priorités avec la création de la commission dialogue, vérité et réconciliation qui a pour mission de créer les conditions du dialogue entre toutes les couches de la population afin de panser les meurtrissures engendrées par la crise, de reconstituer le tissu social, de restaurer la cohésion nationale et de promouvoir la paix et la justice. En outre, le gouvernement chargé de traduire ces actes en (…), travaille inlassablement à la relance socio-économique pour la reconstruction de la Côte d’Ivoire. Ainsi le programme présidentiel d’urgence (Ppu) lancé au mois de mars dernier quand j’étais au Golf hôtel, produit déjà des effets bienfaiteurs sur la vie des populations ivoiriennes notamment celles de la ville d’Abidjan qui a subi des pillages et autres destruction de biens. Ce programme porte principalement sur l’amélioration des services sociaux de base notamment l’eau potable, la santé, l’éducation, l’électricité et la salubrité qui constituent des défis majeurs à relever dans la mise en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement. Monsieur le président, l’organisation des élections législatives avant la fin de cette année, permettrait de renforcer la démocratie et la justice sociale en Côte d’Ivoire. Avec l’appui et le soutien de l’Onu qui, à travers la résolution 2000 du 25 juillet 2011du Conseil de sécurité, marque une fois de plus sa détermination à accompagner la Côte d’Ivoire jusqu’au terme du processus de sortie de crise tel que prescrit par l’Accord politique de Ouagadougou (Apo). La crise sociopolique qu’a connu la Côte d’Ivoire ces dix dernières années, à mis en mal le développement économique et social de mon pays. Mon ambition est de faire de la Côte d’Ivoire, à l’horizon 2020, un pays émergent, une nation réconciliée avec elle-même et avec les autres nations. Une Côte d’Ivoire rassemblée autour des valeurs républicaines, un Etat moderne respectueux de l’indépendance de la justice, qui luttera contre l’impunité et assurera la promotion du mérite et de la compétence. En terminant sur une note d’espoir pour mon pays (…).Propos recueillis par
BAMBA Idrissa

Commission dialogue, vérité et réconciliation – Banny, démarrage officiel le 1er septembre

 

IVORY COAST IS REALLY BACK dans Liens banny

© Getty Images
Institutions: le premier ministre Charles Konan Banny présidera la Commission Vérité-Réconciliation
Photo: l`ancien premier ministre Charles Konan Banny

Vos outils

height=28

REAGISSEZ

PARTAGEZ

{lang: ‘fr’}

Videos7258 dans Liens

Elections Legislatives 2011 : Le President Youssouf Bakayoko a reçu en audience la délégation de l`Union Européenne, et le 5ème comité AG ONU

- TCI – 27/7/2011 

Dossierimg_dossier_reconcialition

Commission Dialogue-Vérité et Réconciliation

Sauf changement de dernière minute, c`est le 1er septembre prochain, après la cérémonie solennelle d`installation des membres de sa Commission centrale que la Commission-dialogue-vérité et réconciliation instituée par l`ordonnance du 13 juillet 2011 du président de la République démarrera officiellement ses travaux. Mais auparavant, c`est-à-dire le 10 août, le chef de l`Etat devrait, au cours de la réunion du Conseil des ministres, prendre un décret pour donner le feu vert à Banny et à son équipe. Du côté de la Commission-vérité-dialogue et réconciliation, on se prépare activement au rendez-vous du 1er septembre, occasion solennelle au cours de laquelle le président Charles Konan Banny va s`engager publiquement avec son équipe devant les Ivoiriens par rapport au challenge que constitue la réconciliation de la nation déchirée par une décennie de conflit armé. Au cours de cette cérémonie d`installation, Charles Konan Banny fera connaître ses 3 vice-présidents. Mais déjà, il se murmure des noms : Monseigneur Ahouana Siméon (représentant la communauté Catholique) le Cheick Boikary Fofana (la communauté musulmane) et un représentant de l`Association des rois et chefs traditionnels de Côte d`Ivoire qui n`a pas encore été désigné. Mais à ce niveau également, le nom du roi de Moossou, sa Majesté Nanan Tanoé revient constamment. Outre le président et ses vice-présidents, la Cdvr est aussi composée de sept (07) commissaires centraux représentant le Nord, le Sud, le Centre, l`Ouest, l`Est, la diaspora ivoirienne et les résidents africains et non africains. Les personnalités politiques fortement marquées et identifiées comme telles ne pourront pas siéger au sein de cette instance. En revanche, au niveau régional, la Cdvr fera appel aux leaders politiques, aux personnalités qui ont une influence sur leur communauté ou la population. A en croire des sources proches de la Cdvr, le président Charles Konan Banny aurait l`intention d`impliquer fortement les femmes en ce sens qu`elles se montrent très actives et très préoccupées par la question de la réconciliation nationale. Par ses contacts réguliers avec les différentes couches socio-politiques, le président Charles Konan Banny a déjà pu se faire une nette idée du travail de terrain qui l`attend, des contradictions à gérer, des cœurs à réconcilier avec les armes du dialogue, de la vérité et du pardon. Toutefois compte tenu de la profondeur des blessures, de la sensibilité du dossier et du nombre encore insoupçonné de victimes à entendre, l`on peut se demander si le gouvernement a été bien inspiré d`enfermer dans un délai de deux ans le travail confié à la Cdvr. Peut-on imposer un délai aux Ivoiriens pour se réconcilier ? Cette attitude n`est pas un peu trop dirigiste ? Il aurait été en effet souhaitable de donner à la commission un délai raisonnable et non contraignant pour agir. Si avant 2 ans, la Cdvr peut boucler sa feuille de route, tant mieux! Par ailleurs, comment peut-on dire que la commission est une autorité administrative, indépendante dotée de la personnalité juridique et de l`autonomie financière et placer sa gestion sous le contrôle d`agents comptables et d`un contrôleur budgétaire alors qu`il suffisait de nommer un financier qui rendrait compte à la cour des comptes de cette gestion ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ADO PRESIDENT

logoor

sermon

Alassane OUATTARA est né le 1er janvier 1942 à Dimbokro  au centre de la Côte d’Ivoire.
Son père, Dramane OUATTARA Ivoirien originaire de Kong, 

au Nord-est de la Côte d’Ivoire, est descendant de Sékou OUATTARA,  fondateur de l’empire de Kong (début du 17 ème siècle).

Sa mère, Nabintou CISSE, est Ivoirienne, originaire de Gbéléban au nord-ouest de la Côte d’Ivoire.

A la fin du 19 ème siècle, le colon a fait éclater l’empire de Kong entre l’actuels Mali, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.
C’est ainsi que Dramane OUATTARA, l’un des commerçants 

et transporteurs les plus connus de la région, a été appelé, à la fin de sa vie, à aller, en tant que membre de la famille impériale, 

exercer les fonctions de chef traditionnel à Sindou, dans la partie de l’empire de Kong aujourd’hui situé sur le territoire du Burkina Faso.
Cet épisode de la vie du père d’Alassane OUATTARA a donné lieu 

à des interprétations erronées sur sa nationalité ivoirienne, alors que, ce n’est pas un cas isolé de superposition de pouvoir. En effet, 

ce n’est un secret pour personne qu’un ancien capitaine de l’armée  ghanéenne est venu exercer ses fonctions de Roi au Sanwi, 

dans le sud de la Côte d’Ivoire, tout en restant citoyen ghanéen. 


Alassane OUATTARA a commencé ses études primaires à Dimbokro, avant de les achever à Sindou. Il a ensuite effectué ses études secondaires au Collège Moderne de Bobo-Dioulasso,  puis au lycée Zinda Kaboré de Ouagadougou.Après l’obtention de son baccalauréat série mathématiques élémentaires en 1962, il a bénéficié d’une bourse américaine pour poursuivre ses études aux Etats-Unis d’Amérique.Inscrit successivement au Drexel Institute of Technology où il a obtenu le diplôme de Bachelor of Science en Informatique, puis à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie, où il a décroché en 1967 un Master of Arts en Economie, Alassane OUATTARA a été recruté au Fonds Monétaire International (FMI), en avril 1968, comme Economiste.Tout en travaillant dans cette prestigieuse institution, il a poursuivi la rédaction de sa thèse de Doctorat d’Etat qu’il a soutenu 

avec succès en 1972. Il est donc titulaire d’un PH.D. en Sciences Economiques.
En 1973, Alassane OUATTARA intègre la Banque Centrale  des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en qualité de  Directeur des Etudes, Conseiller Spécial du Gouverneur, 

puis Vice-Gouverneur à partir de 1982
En novembre 1984, il retourne au FMI, cette fois en tant que Directeur Afrique. Ces responsabilités l’ont amené à entretenir 

des relations suivies avec les décideurs africains – notamment les Chefs d’Etat et de Gouvernement – et à approfondir sa 

connaissance des problèmes auxquels le continent est confronté.
Après quatre années enrichissantes à ce poste stratégique, il devient en 1988, Gouverneur de la BCEAO, à la disparition 

du Gouverneur Abdoulaye FADIGA, un homme qui l’a honoré de son amitié et qui a joué un rôle important dans sa carrière.

En avril 1990, alors que la Côte d’Ivoire est secouée par une crise sans précédent, le Président Félix Houphouët-Boigny l’appelle à 

ses côtés, d’abord en qualité de Président du Comité Interministériel de Coordination du Programme de 

Stabilisation et de Relance Economique, puis de Premier Ministre, Chef du Gouvernement, 

le 7 novembre 1990. C’est la première fois depuis 1960, date de l’accession du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY 

au pouvoir, qu’un poste de Premier Ministre, chef de Gouvernement était créé en Côte d’Ivoire. 

Alassane OUATTARA a été le premier Premier Ministre de Côte d’Ivoire 

et le seul du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY.Compte tenu des objectifs qui lui étaient assignés, il a formé  un Gouvernement restreint de 20 membres au lieu des 40 

que comptait le gouvernement précédent.Comme Premier Ministre et chef de Gouvernement, il s’est fixé trois objectifs principaux : la modernisation des structures de l’Etat,  l’assainissement  des finances publiques, la mise en œuvre des 

réformes nécessaires pour le retour à la croissance et à la prospérité.Ces réformes ont conduit à l’équilibre du secteur électrique, garantissant ainsi un approvisionnement régulier des populations en électricité ; un retour à la liquidité du système bancaire ; 

une reprise des investissements publics dans le secteur de l’éducation, tant au niveau du primaire, du secondaire que 

du supérieur, la réhabilitation des centres hospitaliers et leur approvisionnement en médicaments.Toutes ces tâches ayant été menées à bien, il s’est attelé à préparer la dévaluation du franc CFA qui interviendra le 14 Janvier 1994, 

un peu plus d’un mois après la disparition du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY.
Alassane OUATTARA retourne alors, pour la troisième fois au 
FMI juillet 1994, en tant que Directeur Général Adjoint, en charge 

d’une centaine de pays dont la Chine, l’Indonésie, les Philippines, la Jamaïque, le Nigeria, l’Afrique du Sud, la Suisse et la Grèce.En juillet 1999, il décide de ne pas solliciter un renouvellement de son mandat  au FMI et rentre en Côte d’Ivoire pour se mettre au service de ses compatriotes.Le 1er août 1999, Alassane OUATTARA est élu, à l’issue d’un Congrès extraordinaire à Abidjan, Président et candidat 

à l’élection présidentielle du Rassemblement des Républicains (RDR), parti créé en septembre 1994 par DJENI Kobina.
Avant de mettre un terme à son mandat au FMI, Alassane OUATTARA 

fonde le 10 juin 1999, l’Institut International pour l’Afrique (IIA), basé à Washington DC. Cet institut regroupe entre autres, 

d’anciens hauts cadres du FMI et de la Banque Mondiale. Il dispense ses conseils et apporte son assistance aux gouvernements, 

au secteur privé et aux établissements publics nationaux ainsi qu’aux institutions financières bilatérales et multilatérales dans divers domaines.Ainsi qu’en témoigne son parcours universitaire et professionnel, Alassane OUATTARA est donc à la fois Economiste, Financier et Banquier. 

Alassane OUATTARA a eu de son premier mariage, avec une américaine, Barbara JEAN DAVIS, deux enfants, Dramane David et Fanta Catherine OUATTARA.

Il est aujourd’hui marié à Dominique NOUVIAN, française et catholique, mère de deux enfants Loïc et Nathalie FOLLOROUX.
Elle est Chef d’entreprise, Présidente-fondatrice de la Fondation 

Children of Africa, reconnue pour ses nombreuses actions en faveur des enfants déshérités.
Ils forment une famille heureuse avec leurs quatre enfants et 

sont fiers d’avoir eu de Fanta deux petits enfants, Eric Alassane et Alexis Lanciné, qui leur procurent beaucoup de joie.

La tolérance et le respect des différences font partie des vertus auxquelles les OUATTARA sont profondément attachés.
Ainsi, dans leur famille, coexistent en parfaite harmonie, 

trois confessions religieuses : musulmane, catholique et protestante.
Sa « grande famille » apporte à Alassane OUATTARA un soutien déterminant dans toutes ses actions. En plus de son 

frère aîné Gaoussou Dramane OUATTARA, ancien Député et Maire de Kong, de son frère Ibrahim surnommé 

« photocopie » par nos admirateurs, Vice-président du Conseil Général de Ferkessédougou, de ses petites sœurs, Rockya et Sita, il a une trentaine de 

frères et sœurs issus des autres épouses de son père, ainsi que de nombreux neveux et nièces. Alassane OUATTARA 

peut également, compter sur l’assistance et l’attachement des grandes familles OUATTARA de Kong et CISSE d’Odienné. 


Le football
Alassane OUATTARA est un féru de football. Il a eu le privilège d’être en fonction comme Premier Ministre à l’occasion du sacre continental des Eléphants, notre équipe nationale, à la Coupe d’Afrique des Nations de football en 1992 au Sénégal. C’est un moment de grande joie et de fierté nationale qui restera à jamais gravé dans sa mémoire.
Le basket-ball
Le basket-ball est une autre de ses passions. Il a vraiment adopté cette discipline pendant ses études aux Etats-Unis d’Amérique. Alassane OUATTARA n’a pas évolué à un haut niveau mais il l’a pratiqué avec plaisir. Aujourd’hui , il continue  de suivre la NBA à la télé…
La natation
De ses passions sportives, c’est la natation que Alassane OUATTARA  pratique régulièrement aujourd’hui. Cette discipline complète lui permet de garder la forme tout en se relaxant.
Le ping-pong
Il lui arrive d’échanger quelques balles avec des collaborateurs.  C’est une occasion de détente qui lui permet également de travailler son revers  
La lecture
La lecture est son passe-temps favori. Alassane OUATTARA 
lit aussi bien des romans que des essais politiques, économiques, scientifiques …
Comme roman, il recommande vivement celui de 
Venance KONAN qu’il vient de dévorer. Son titre : « Les catapilas, ces ingrats ».
Comme essai politique, ce sont les deux ouvrages que 
Barack OBAMA a publiés, l’année dernière, avant l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Il s’agit de «  L’audace d’espérer » et «  Les rêves de mon père ».
Alassane OUATTARA vous recommande également de 
lire le dernier livre de l’ancien Premier Ministre Français, Alain JUPPE  dont le titre est : « Je ne mangerai plus de cerises en hiver ». 

 Alassane OUATTARA croit : 

religions car il est pour la liberté de culte. D’ailleurs, son épouse et ses enfants sont Chrétiens. 

 librement quelle que soit sa condition sociale et de participer effectivement à la vie politique de son pays. 

à la force créatrice et à l’esprit d’entreprenariat de s’exprimer dans un

environnement où l’homme est au centre du progrès. 

d’exister socialement et de s’épanouir. 

richesse inestimable pour le développement économique et culturel de la Côte d’Ivoire. 

afin d’honorer la mémoire et l’oeuvre du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, le père fondateur 

 
logoor
 

PROGRAMME OFFICIEL DE LA CEREMONIE D’INVESTITURE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A

LA FONDATION FELIX HOUPHOUET-BOIGNY, YAMOUSSOUKRO

 

Vendredi 20 Mai 2011

20h00  :

Diner autour de la piscine de l’Hôtel Président –

Buffet spectacle – Sur invitation

Samedi 21 Mai 2011

08h00 – 09h30

Mise en place des invités

10h30  

Début de la cérémonie

12h00

Fin de la cérémonie – Apéritif des Chefs d’Etats,

 Restaurant Panoramique

12h30 

Déjeuner VIP à l’hôtel Président, salle Allabo –

 Sur invitation

Déjeuner autres invités à la Fondation Félix Houphouët-Boigny

- Sur invitation

14h00

Fin du déjeuner

14h30 – 17h00

Départ des Chefs d’Etats

19h00

Cérémonie œcuménique  à la Basilique

Notre-Dame de la Paix

20h30

Diner privé au palais du Président Félix Houphouët-Boigny

– Sur invitation

 

visite du chef de l’Etat au Sénégal, conférence de presse/ Alassane Ouattara à Dakar : “Tous ceux qui ont commis des crimes de sang seront punis” 11 avril, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Conférence

© Getty Images
Conférence de presse à Dakar du President Alassane Ouattara et de son hôte et homologue sénégalais, Abdoulaye Wade

Vos outils

height=28

REAGISSEZ

PARTAGEZ

Videosvisite du chef de l’Etat au Sénégal, conférence de presse/ Alassane Ouattara à Dakar : “Tous ceux qui ont commis des crimes de sang seront punis”  dans Liens 6701

Le Président Alassane Ouattara a rencontré la communauté Ivoirienne vivant au Sénégal

- TCI – 13/5/2011 

Dossierimg_dossier_activite_PR dans Liens

Activités du Président de la République 2011

Le chef de l’Etat, au deuxième jour de son séjour au Sénégal, a animé avec le président Abdoulaye Wade une conférence à l’hôtel Méridien. Nous vous proposons ici la deuxième partie cette conférence.(…) Quel est le sort des Sénégalais vivant en Côte d’Ivoire après la chute de Gbagbo ?

Alassane Ouattara : Le sort réservé aux ressortissants ouest-africain et aux Sénégalais résidents en Côte d’Ivoire nous préoccupe. Le président Wade et moi-même en avons parlé très souvent. J’ai été choqué de voire que de nombreux ouest-africains et notamment des Sénégalais étaient réfugiés dans leur ambassade pendant de nombreux jours sans nourriture, sans eau. Ces moments ont été terribles pour tout le monde pas seulement pour les Ivoiriens. Nous avons fait ce que nous avons pu. Il faut faire en sorte que tous ceux qui sont partis précipitamment soient les bienvenus. Je souhaite que certaines familles telles sénégalaises, mauritaniennes, libanaises, maliennes ou burkinabé qui ne connaissent que la Côte d’Ivoire et qui sont des Ivoiriens en réalité, puissent revenir pour contribuer à la reprise économique de la Côte d’Ivoire mais également à notre volonté de réconciliation et de protection de protection de toutes les populations.

Est-ce que cette visite est une récupération ? J’ai dit que j’ai été élu pour un mandat de cinq ans. J’espère que j’aurais la vie et la santé de le faire. Je le ferai au mieux de mes capacités, en toute conscience dans l’intérêt des Ivoiriens. Donc, la récupération ne m’intéresse pas.

Ensuite, compte tenu des difficultés qui ont amené les forces républicaines à pacifier la Côte d’Ivoire, si cela aura un impact sur le résultat des enquêtes. Je dois vous dire que les Forces républicaines ont été constituées seulement le 17 mars 2011. Parce que j’ai estimé que nous étions dans une phase où les choses avaient trop trainé. Nous devrions avoir une intervention de la CEDEAO conformément aux résolutions de cette Institution. L’usage de la force légitime était envisagé. Nous avons considéré que dans cette perspective, les Forces de défense et de sécurité devraient prendre leurs responsabilités pour pacifier le pays et protéger les Ivoiriens. Cette pacification du pays a commencé à l’intérieur du pays qui a duré trois jours sur l’ensemble du pays jusqu’à ce que les Forces républicaines arrivent aux portes d’Abidjan. Là, nous avons demandé qu’elles soient cantonnées en espérant que Laurent Gbagbo aurait compris que le pays entier lui ayant échappé, il aurait accepté de partir. Mais, il a préféré engager une bataille avec des miliciens et des mercenaires. Car, l’armée républicaine, la gendarmerie, une bonne partie de la police ont refusé de participer à ce combat. Ils savaient que ce n’était pas un combat juste. Partout où on m’a signalé que les choses ont dérapé, nous avons engagé une enquête. Par exemple, à Duékoué, une semaine après, nous avons envoyé le Procureur de cette région pour enquêter sur les tueries. J’ai même demandé que la commission des droits de l’homme envoie une équipe pour enquêter également. Parce que mon souhait est de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’impunité en Côte d’Ivoire. Nul n’est au-dessus de la loi. Donc, tous ceux qui ont commis des crimes de sang seront punis. La loi est là pour définir les sanctions. La Côte d’Ivoire veut être un Etat de droit, elle veut être exemplaire. Il n’y aura pas d’exception.

Me Abdoulaye Wade (Président du Sénégal) :

Je voudrais remercier les journalistes qui sont venus très nombreux à cette conférence de presse. Je ne suis pas sûr d’avoir tant de journalistes sénégalais, étrangers. Cela montre l’intérêt vous avez pour la visite du Président Ouattara au Sénégal. Car la bonne communication est une dimension de la démocratie et le développement. Je voudrais de nouveau exprimer la fierté de recevoir Alassane Dramane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire. C’est mon petit frère. Il a décidé de faire sa première visite officielle en Côte d’Ivoire.

Vous demandez si cette visite va renforcer les relations entre la Côte d’Ivoire et le Sénégal qui ont été malmenées ces derniers temps. Je voudrais vous dire qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences. Notre relation avec est une relation très ancienne. Mon père, mon oncle qui ont vécu en Côte d’Ivoire, se sont mariés là ; mon oncle a des progénitures ivoiriennes.

Comme beaucoup d’autres Sénégalais. Quand Gbagbo a été arrêté au temps d’Houphouët Boigny, j’étais peiné de voir un opposant en prison. J’ai demandé à Abdou Diouf d’aller voir Houphouët. A Paris, j’ai demandé une audience à Houphouët, je lui ai demandé de libérer Gbagbo. Gbagbo, peu de temps avant d’être reçu par ses amis socialistes français, a dit : « Wade est libéral, moi je suis socialiste. Je ne vois pas comment on peut coopérer ». J’étais le seul à demander sa libération. Mieux, j’ai commis un avocat, Me Alioune Badara Cissé, un avocat sénégalais, pour aller rencontrer Gbagbo en prison. Houphouët m’a dit : « J’ai tout fait pour le libérer. Mais, ils (lui et ses camarades) ont fait appel. Je ne peux intervenir qu’après l’arrêt de l’appel ». La réponse de Gbagbo a été de dire qu’il faut que Houphouët s’engage par écrit. Quand on m’a rapporté cela, j’ai dit dommage. Ces gens-là n’ont pas de formation politique. Quelqu’un comme Houphouët donne sa parole. On ne lui demande pas de le faire par écrire. Alors, la cours d’appel a confirmé la condamnation. Deuxième élément. Quand il y a eu des problèmes le traitement de 500 000 voix, il a cherché à me voir. Quand je suis arrivé, il m’a dit : « Donne-moi des conseils ». Il m’a dit : « Parle à tous les leaders politiques y compris ceux de mon propre parti ». J’ai échangé avec tous les leaders. Sur le traitement de ces 500.000 cas, il a tenu compte un tout petit peu de ce que nous avons dit.

Mes relations avec Alassane Ouattara

D’abord je dois dire qu’Alassane Ouattara m’a toujours considéré comme son grand frère.

Deuxièmement, il est économiste et financier. Nous nous entendons. Troisièmement, il est membre de l’Internationale Libérale dont j’ai été pendant longtemps vice-président.

Aujourd’hui, je suis patron de l’Internationale Libérale. C’est moi qui a présenté la candidature de Ouattara à l’Internationale Libérale. Il est venu ici participer à plusieurs réunions de l’Internationale Libérale. Voici l’habileté qu’il a eue. Bien entendu, j’ai suivi comme tout le monde tout ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Hier, au diner, un ambassadeur européen m’a dit : « Une fois de plus, vous avez eu raison sur nous ». Des ambassadeurs avaient dit que Ouattara ne pouvaient pas gagner. Je leur ai dit : « C’est Ouattara qui va gagner. Je connais la Côte d’Ivoire. En Europe, lorsqu’on me demandait : « Qu’est-ce que vous pensez de la situation de la Côte d’Ivoire ? » Je disais que le futur président de la Côte d’Ivoire, c’est Ouattara. Je n’ai jamais hésité. Compte tenu de tout ça, il a voulu réservé sa première visite de travail au Sénégal. Je ne veux pas le laisser partir. Il y aura amélioration des relations entre la Côte d’Ivoire et le Sénégal dans les domaines économique et politique. Il y aura une évolution de la CEDEAO , de l’UEMOA. A la dernière réunion de la CEDEAO à laquelle il n’a pas pu participer, nous avons lancé l’idée de la transformation de la CEDEAO en Confédération politique de l’Afrique de l’Ouest. Mes collègues m’ont demandé d’approfondir ma réflexion. Je leur ai envoyé un dossier. Je lui ai parlé de ça. Je lui ai parlé également de la transformation de l’UEMOA vers une entité politique avec une assemblée politique. Le Sénégal est un grand partenaire en Afrique de l’Ouest.

Je n’ai pas peur. Moi je dirige le Sénégal. Chacun dirige son pays selon les principes généraux. Voilà le cadre dans lequel je travaille. Si Ouattara était parti ailleurs, on demandera pourquoi il est allé là-bas. Est-ce que vous pensez qu’on peut récupérer un homme comme Alassane Ouattara ? C’est mal le connaitre. Il est le président de la Côte d’Ivoire. Il s’est battu.

Nous avons dit dans le communiqué final qu’il faut renforcer l’axe Abidjan-Dakar qui est un axe privilégié de l’intégration de l’Afrique de l’Ouest. Il y en a d’autres, le Mali etc. Cela a été traditionnellement comme ça. L’une des bases de l’Afrique de l’Ouest, c’est Senghor-Houphouët ou Houphouët-Senghor. C’est un axe historique qui est créé qu’on ne peut pas être supprimé du jour au lendemain. Nous voulons renforcer cet axe qui bénéficie de toutes les possibilités intellectuelles, culturelles qui existent, Ouattara et moi.

Vous savez que les Sénégalais n’ont pas eu de problèmes avant cette crise. Ils sont adoptés comme des Ivoiriens. Malheureusement, l’un de nos compatriotes qui a entendu le discours de Ouattara, a dit que : « C’est fini, c’est la paix ». Il n’a pas été assez prudent. Il est allé ouvrir sa boutique le lendemain. Alors des gens sont venus et l’ont tué. Je le regrette. La Côte d’Ivoire est le seul pays d’Afrique qui contient 30% d’étrangers. C’est Houphouët qui a voulu ça. C’est bien comme ça. Il ne faut pas s’enfermer. Même la France a fait une politique de population, d’immigration au lendemain de la Guerre. L’histoire montre que chaque fois qu’il y a brassage, c’est un endroit qui fait des progrès plus vite que les autres. Les Etats-Unis sont un melting-pot. C’est un Noir qui est à la tête de la plus grande puissance au monde. La Côte d’Ivoire a bénéficié de cet apport.

Ouattara est venu me demander des conseils. Je suis le doyen des chefs d’Etat. J’ai plusieurs expériences de toutes les situations qu’on ne peut imaginer. Je lui disais ce matin : « Ne fais pas les erreurs que j’ai faites ». Il m’a demandé trois conseils.

Je lui ai dit : « Il faut désarmer les gens ». On ne peut pas gouverner un pays où il y a des gens avec des pistolets, des kalachnikovs ou des canons ou même des mortiers. Il y a deux voies. La première, c’est de lancer un appel patriotique à tous les Ivoiriens pour désarmer.

Deuxième voie, c’est que vous achetiez les armes. Ça été déjà fait. Il faut fermer les frontières et faire un bon contrôle. Deuxième conseil, je lui ai dit le pardon. Sans le pardon, la loi d’amnistie n’existerait pas. Le troisième conseil, c’est la jeunesse. Il faut penser à la jeunesse. La jeunesse a tellement été impliquée. Aujourd’hui, l’Université est fermée. Ouattara est très attaché à l’Enseignement. Nous allons voir avec des amis pour financer des pavillons dans l’Enseignement supérieur pour que les étudiants viennent rattraper le retard…

Le mot de fin d’Alassane Ouattara

Je voudrais vous remercier cher ainé de l’accueil et des conseils que vous avez bien voulu nous donner. Je voudrais vous saluer pour votre vision et l’œuvre importante et immense que vous réalisez pour le Sénégal. Le Sénégal a certainement fait un bon spectaculaire ces dernières années grâce à vous. Je sais que je pourrais grâce à Dieu bénéficier de vos conseils.

Recueillis à Dakar par IBK (Envoyé spécial)

 

M.GBAGBO, BORI BANA, BORI BANA (la fuite est finie)!!!!

Les Messagers du RDR sur FacebookLes Messagers du RDR

Avis de décès urgent!!!

La famille vivre ensemble à Abidjan, La famille éléphant d’Afrique à Daoukro ont la profonde douleur de vous annoncer le décès de madame la refondation. Atteint depuis 2002 d’une série de douleur a savoir xénophobie, méchanceté, gabegie, mensonge, dictateur et ayant fait les grands hôpitaux que sont Marcoussis, Lomé, Accra 1 et 2, Afrique du sud et Ouagadougou, elle a rendu l âme ce lundi 11 avril 2011 à 12h environ. Le programme des obsèques qui aura lieu au TPI vous sera communiqué ultérieurement. Vivre la Côte d’Ivoire !

20581919085998315111137278500322042092670652s1.jpg

Chers Camarades de lutte,

 NON A LA VENGEANCE, NON A LA VENGEANCE, NON A LA VENGEANCE,

NON A LA POLITIQUE « IVOIRIEN CHOISI », NON A LA POLITIQUE « IVOIRIEN CHOISI »Quelque soit votre langue, nous devons formuler ensemble et en une seule voix: DIEU merci, Thank you GOD, Wir danken dir Gott, شكرا لله, Gracias DIOS, 感谢上帝, Спасибо, Бог

Sachons taire nos rancunes et tournons cette lourde page de 1000 tonnes qui était sur nos épaules.Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire et toute personne vivant sur le territoire ivoirien!!! Que cela soit un conseil pour les ditacteurs encore accrochés au pouvoir.

 gbagboarret2.jpg

VIVE LA PAIX!!!

LE JEUDI NOIR A ABOBO:La barbarie de Laurent Gbagbo à Abobo 4 mars, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

La barbarie de Laurent Gbagbo à Abobo le jeudi 3 mars 2011.

Les Messagers du RDR face à cette barbarie des FDS zelés de M.Gbagbo contre des braves femmes qui ne veulent que la justice et faire valoir leurs voix électorales se sont vues assassinées, traumatisées,etc. Elle n’avait que des casseroles, cuillère pour dire qu’elle meurt de faim, que leurs enfants meurts de faim. Et M.Gbagbo n’a trouvé comme solution d’utiliser des engins militaire non conventionel pour en faire de ces dames des martyrs.

Les Messagers du RDR s’incline devant les depouilles de nos braves femmes tombées sur le champ de la libération nationale de notre chers patrie, La Côte d’Ivoire. Que le Seigneur vous accorde son paradis et qu’Il nous aide à vous faire justice sans reserve afin de reduire ces auteurs à zéro.

sanstitre.jpg

Chers camarades, es-ce cette Côte d’Ivoire que nous a legués le père fondateur Felix Houphouet Boigny? 

Non ce n’est pas cette Côte d’Ivoire des années 1980 à 1989. Car M.Gbagbo Laurent et ses partisants veulent en faire une terre brulée, une terre tribale où les ethnies se ferons la chasse à l’homme comme des ras de brousse. C’est cela leurs souhait. Car hier c’étais les dioulas qui étaient poursuivis et brulés vif, aujourd’hui en plus des dioulas, les akans sont de vrai cibles de M.Gbagbo Laurent et ses partisans. Qui sait le peuple qui sera visé demain? alors nous devons dire « STOP TROP C’EST TROP, GBAGBO DEGAGE ».

Lui (Gbagbo) se reclame d’Houphouetiste depuis un moment. Mais qu’il sache que si le père fondateur Felix Houphouet Boigny avait souillé ses mains de sang comme lui (Gbagbo). Le mot Houphouetiste n’allait pas ce faire convoiter avec fierté. Même dans un siècle personne au monde n’osera se reclamer de GBAGBOISTE. L’histoire retiendra la dictacture du regime Gbagbo. Oui nos enfants et petits enfant sauront que M.Gbagbo a utilisé des chars contre leurs Mamans.

VIVE LA REVOLUTION 2011!!!

11 février, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

BRAVO A LA TUNISIE, MERCI A L’EGYPTE ET DU COURAGE A LA COTE D’IVOIRE!!!

M.GBAGBO, LES IVOIRIENS VOUS DEMANDENT DE RENTRER DANS L’HISTOIRE EN SUIVANT LE PATRIOTISME DES  EX-PRESIDENTS BEN ALI ET HOSNI MOUBARAK.

 James Victor Gbeho, président de la Commission de la Cedeao : “Pas de compromis avec Gbagbo” | SEM Ally Coulibaly aux aux députés Français : “On ne négocie pas avec un homme qui tire sur son propre peuple” | Konaté Sidiki, à propos de l`arrestation des journalistes de Télé Notre Patrie: “Nous demandons leur libération sans condition” | Guillaume Soro : “Les Ivoiriens doivent être patients, Gbagbo ne peut rien contre le monde entier” | Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine réaffirme ses décisions antérieures reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à l’issue du scrutin présidentiel du 28 novemb |

   dans Liens 7825_101440133209464_100000304324611_33986_4726428_n2

 

Seplou, dictateur, incarnation du mal, exemple achevé de dédoublement agissant. Le meurtre et sa doublure, dominant et dominé dans un cas de gémellité criminelle. Tel le hibou ; lugubre, funeste, triste et sinistre.
Seplou, œil de cobra. Comme Idi Amin Dada, Bokassa, Mobutu, Mugabe, Charles Taylor…Saddam Hussein. Avez-vous dit assassins ?
Seplou et sa doublure. Mi- femme, mi-homme. Femme de feu ! Femme de sang ! Femme sans cœur ! Assoiffée de pouvoir ! Incarnation de l’enfer qui porte la culotte. Vraiment, honte à qui ?

Seplou, guerrier, résistant, intraitable. ‘’Lorsqu’on a frappé un garçon, tout le monde doit s’accorder à dire qu’effectivement, ce garçon n’a pas été vaincu aussi facilement à cet endroit.’’
Seplou, personnalité conflictuelle : ‘’Lorsque tu es dans un village et que tout le monde dit que ce pagne est blanc, si toi, tu le vois en noir, il faut te poser des questions…’’ Et pourtant !
Seplou, le miteux, adepte de couvre-feu. Pignouf, malicieux, espiègle, farceur, machiavélique. Incarnation de la contradiction, de la dualité.
Seplou, sanguinaire assoiffé du pouvoir. Possédé, envoûté, a fait de la terre de Côte-d’Ivoire, un autel sacrificiel pour son maintien au pouvoir. ‘’ J’y suis, j’y reste’’. ‘’Mille morts à gauche, mille morts à droite, où est mon problème. Moi, j’avance.’’ Obsession démoniaque ?
Seplou, chef mercenaire. ‘’ Ne faisons pas de la Côte-d’Ivoire un Holocauste.’’ Et pourtant !
Seplou, génocidaire insatiable. Inflexible par moment. Malicieux à d’autres.
Seplou, l’oiseau qui avertit du danger et annonce la guerre. ‘’Je ne veux plus qu’il y ait la guerre en Côte-d’Ivoire.’’ ‘’Je ne veux plus qu’une goûte de sang soit versée…’’ Et pourtant !

Le ciel donne de la pluie à la terre. Mais la terre ne renvoie que de la poussière au ciel.

Seplou, personnage froid. Funeste. Sanguinaire oiseau. Seplou, rapace. Vorace. Violent. Meurtrier. Assassin. Par amour !
Chaka, peut-être. J’en doute fort bien.
Que de sang ! Que de morts ! Combien de morts hier ? Combien de morts aujourd’hui ? Combien demain ? Robert Guéï et famille. Boga doudou. Les morts par les escadrons de la mort. Les morts de la guerre. Les exécutés. Ceux tués par la rébellion. Combien sont-ils, ces morts? Combien continuent encore de mourir ? Pour avoir exercé leur droit de citoyenneté ; en votant ? Pour avoir exercé leur droit constitutionnel de manifester ? Carrefour de la RTI. Akouédo. Anyama. Agboville. Divo. Jean Hélène. Kieffer. Morts, tués par les milices à l’ouest du pays, à Abidjan. Combien sont-ils morts ? Combien ont été violées ? Combien ont été torturés ? Combien sont portés disparus ? Combien en faudra-t-il encore, pour étancher ta soif ? Satisfaire tes désirs ? Pour tes sacrifices ? Oui, combien encore ?

Houphouët, dictateur ! Ont-ils vociféré ! Houphouët voleur ! Se sont-ils égosillés…Clabaudages !
Et vlan, en pleine bouche ! Cacao. Café. Pétrole. Les fonds de l’Etat. Propriétés de l’Etat ivoirien à l’étranger (achetées par Félix Houphouët Boigny) ! Le tout couronné par des déchets toxiques dont les fonds pour les victimes (indemnisation et centres de traitements) ont été empochés. Par amour !
Rêves brisés ! Dissipés… Espoirs envolés ! Espérances muées en illusions. Désespoirs ! Désillusions !

Le ciel est si lourd qu’il ne s’éclaircira pas sans orage.

Douleur enfouie ! Espoirs muselés ! Peurs ! Jours et Nuits égarés dans l’angoisse ! Désir et soif de renaître ! 28 novembre 2010. Hélas !
Seplou, élastique et spongieux, aux airs de mollusque. Les yeux au regard froid et reptilien, vous dira oui. Et dès que vous tournez les talons…
Seplou, l’oiseau de mauvais augure qui avertit du danger et annonce la guerre. En quête d’une deuxième indépendance. Entouré de sa bande de pasionarias, arborant toujours cet air bravache, ne tue pas par respect de l’ordre. Mais pour ses intérêts. Pour son pouvoir. Pour étancher sa soif… Mysticisme !
Seplou, patron de la voyoucratie, son mythomane et sa clique de pasionaria. Qu’avons-nous fait pour tant nous mépriser, nous ton peuple ? Tueurs à gage. Miliciens. Mercenaires. Escadrons de la mort

Et vous, chers évêques, soit disant hommes de Dieu? Etes-vous VERITE ? Quelle est désormais votre VOIX/VOIE ?
Tuer. Assassiner. Exterminer. Abattre…Violer ! Génocide ! Charniers ! Four crématoire ! SILENCE !
Oui, nous avons très mal. Extrêmement mal, chers évêques, à vous entendre. Auriez-vous décidé de crucifier une seconde fois notre Sauveur ?
Merci à vous, K Zion, Venance K, T Vakaba, Calixte G, Tiburce K. Que ce soit plus bruyant désormais ! Plus sonore pour ceux qui attendent patiemment que ‘le jour se lève’ !

Seplou, ange de la mort. Démon sans morale ni pitié.
Seplou, oiseau de mauvais augure qui avertit du danger et annonce la guerre. Sarcasme ! Un va-t-en-guerre sans pitié, implacable, même quand l’ennemi lève le drapeau blanc. Soif de sang oblige ! Quel sort t’attend ?
Operations exterminations !

Belle preuve d’amour !

SERI H.
Dissident fpi
Seri_777@hotmail.com

 

Côte d`Ivoire: les USA reconnaissent l`ambassadeur de Ouattara  

Publié le vendredi 11 fvrier 2011   |  AFP

Etats

© Autre presse par DR

 

WASHINGTON – Les Etats-Unis ont reconnu officiellement vendredi l`ambassadeur de Côte d`Ivoire nommé par le président Alassane Ouattara, a indiqué le porte-parole de la diplomatie américaine.Le secrétaire d`Etat adjoint James Steinberg « a accepté aujourd`hui
(vendredi, ndlr) les lettres de créance du nouvel ambassadeur de Côte d`Ivoire
désigné par le président Ouattara », a dit Philip Crowley sur son compte
Twitter.
La diplomatie américaine avait précédemment fait savoir qu`elle accueillerait favorablement une telle nomination.« Nous considérons le président Ouattara comme le dirigeant légitime de la
Côte d`Ivoire », et s`il nomme du personnel diplomatique, « y compris aux
Etats-Unis, nous travaillerons dans le cadre du protocole défini pour
reconnaître cette personne », avait indiqué fin décembre Mark Toner, un autre
porte-parole de la diplomatie américaine.

La victoire de M. Ouattara à la présidentielle du 28 novembre est reconnue
par la quasi-totalité de la communauté internationale mais est contestée par
le président sortant Laurent Gbagbo qui refuse de céder le pouvoir.

Côte d’Ivoire : Renaissance de la Côte d’Ivoire – Alassane Ouattara, la seule alternative crédible 4 février, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Konaté Sidiki, à propos de l`arrestation des journalistes de Télé Notre Patrie: “Nous demandons leur libération sans condition” | Guillaume Soro : “Les Ivoiriens doivent être patients, Gbagbo ne peut rien contre le monde entier” | Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine réaffirme ses décisions antérieures reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à l’issue du scrutin présidentiel du 28 novemb | Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU: « Revenir sur les résultats de l`élection serait une grave injustice et établirait un précédent fâcheux » | Le Président Nicolas Sarkozy (France) : « Le gouvernement du Président Ouattara est le seul légal et légitime » |

Côte d'Ivoire : Renaissance de la Côte d’Ivoire - Alassane Ouattara, la seule alternative crédible  dans Liens 72dd82810eb1c07ff5ae31d8fbbe5c35

Dans quelques jours, les experts du Groupe de haut niveau des chefs d’Etat viendront à Abidjan, pour dénouer la fausse crise créée par l’ancien président Laurent Gbagbo. Le contexte trouve tout son sens dans la présidentielle du 28 novembre dernier, remportée avec brio par le président Alassane Ouattara, qui bute sur la folle tentative de confiscation du pouvoir de son rival de mauvais perdant, Laurent Gbagbo. Depuis plus de deux mois, ce dernier refuse de libérer les rênes du pouvoir et espère vainement rester aux affaires, en dépit de toutes les médiations initiées pour lui faire entendre raison. Le Groupe des chefs d’Etats viendra donc lui réitérer ce que l’ONU, l’UA, l’UE, la CEDEAO et l’opinion nationale et internationale n’a eu de cesse de lui répéter : Alassane Ouattara est le président élu par les Ivoiriens. Par cet arrêt, le message livré au chef de file de la refondation ne souffre d’aucune ambigüité. Il n’y aura aucun schéma de partage du pouvoir, comme cela a été le cas au Zimbabwe et au Kenya. A la vérité, cette option ne saurait prospérer dans la mesure où la victoire du Président élu, Ouattara, est éclatante et sans ambages. A n’en point douter, le temps aura été un allié de poids pour le nouveau chef de l’Etat. La crise saugrenue suscitée par Gbagbo et son camp, ont montré que Ouattara est l’homme de la situation en Côte d’Ivoire et qu’il est l’unique alternative pour redorer le blason largement terni de notre pays par le FPI.
De prime abord, Alassane Ouattara est adoubé par le vote de ses compatriotes qui, en grande majorité, ont porté leur choix sur sa personne pour présider aux destinées du pays pour les cinq années à venir. Le peuple accepte mal la situation que Laurent Gbagbo et les siens lui fait vivre et n’est pas prêt à accepter une quelconque compromission. C’est fort de cela que la mobilisation a neutralisé la tentative de coup d’Etat du « Seplou de Mama ». Malgré les difficultés liées à cette impasse, les Ivoiriens ne démordent pas de voir Ouattara occuper le fauteuil présidentiel qui lui revient de droit après sa victoire électorale.
De plus, la persistance du conflit entre la légalité et la légitimité incarnées par ADO et l’illégalité entretenue par son malheureux adversaire, a permis de renforcer l’idée selon laquelle, le patron des républicains est le garant de la paix, de la stabilité et de l’unité nationale. Alors qu’il était dans son droit de recourir à la force pour s’installer à la Magistrature suprême dont il est l’actuel détenteur, le Président Ouattara a opté pour la dialogue et la paix, afin d’éviter des pertes en vies humaines. La main sur le cœur, il ne cesse de rappeler le vaincu à la raison et au bon sens. Depuis le 28 novembre, dans sa tentation de braquage du fauteuil présidentiel, l’ancien régime a recruté des miliciens, des mercenaires libériens et angolais pour tuer ses concitoyens. Depuis novembre, de nombreux Ivoiriens ont été assassinés, d’autres ont été mutilés quand on est sans nouvelle d’un très grand nombre. Pour panser les plaies, blessures et meurtrissures provoquées par la refondation, la Côte d’Ivoire a plus que jamais besoin que Ouattara accède à son pouvoir, pour avoir fait du pardon, le socle de son projet de société, au nom si évocateur de « Vivre Ensemble ». Qui, plus que cette personnalité qui a vécu pendant d longues décennies, un martyre sans nom, qui a pardonné et qui ne développe aucune rancune, pour réconcilier les ivoiriens divisés par une certaine classe politique.
Assurément, le Président Ouattara a toutes les cartes en main pour remettre la Côte d’Ivoire sur les rails. Sa force principale qui reste sa renommée de grand économiste, de banquier et de financier, est un actant de poids pour un pays ruiné économiquement par la refondation. En dix ans, que de scandales n’avons-nous pas connus et dont les principaux auront été les affaires de la filière cacao, l’achat d’une usine fictive aux Usa à 100 milliards, la prévarication des 100 milliards de Trafigura après la survenue des déchets toxiques, la mise à sac et à sec des entreprises d’Etat, le détournement de l’argent du pétrole…. Comme si cela ne suffisait pas, Gbagbo et les siens, complètement isolés sur la scène nationale et internationale, inaugurent en ce moment même, des braquages des établissements financiers, notamment de la BCEAO dont les avoirs ont été subtilisés par le FPI. Pratiquement, la Côte d’Ivoire est devenue un pays exsangue qui a besoin de grands remèdes pour guérir de toutes les maladies créées par Gbagbo et ses amis socialistes. L’homme à même d’opérer ce changement n’est autre que le Président Ouattara qui a fait ses preuves aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur. De la Primature, de 1990 à 1993, au FMI, en passant par la BCEAO, le Président de la République a fait ses preuves. C’est fort de cela que les Ivoiriens ont adopté son programme de gouvernement et lui ont accordé leur suffrage pour sauver la Côte d’Ivoire et pour donner corps à leurs aspirations mises à rude épreuve par la vague refondation.
C’est donc peu de dire que Ouattara est l’homme de choix de ses compatriotes qui l’ont porté à la tête du pays au regard de ses qualités morales et de ses compétences. Vivement qu’il retrouve le pouvoir à lui confié par le peuple pour insuffler une dynamique de paix, de concorde, d’unité et de développement à la Côte d’Ivoire qui sort de la longue nuit de dix ans de Gbagbo et de son entourage.

Bakary Nimaga

 

Source : Le Patriote du vendredi 4 février 2011 | Posté le : 04-02-20

Déclaration du Rhdp relative à la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine du 28 janvier 2011 31 janvier, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine réaffirme ses décisions antérieures reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à l’issue du scrutin présidentiel du 28 novemb | Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU: « Revenir sur les résultats de l`élection serait une grave injustice et établirait un précédent fâcheux » | Le Président Nicolas Sarkozy (France) : « Le gouvernement du Président Ouattara est le seul légal et légitime » | Le ministre Hamed Bakayoko : « Gbagbo est un homme fini… » | Alassane Ouattara : « Laurent Gbagbo tente de gagner du temps, et tout le monde le sait. C’est pour pouvoir recruter des mercenaires et des miliciens, exporter des valises d’argent… » | 

Election

© Abidjan.net par Prisca
Mercredi 13 octobre 2010. Abidjan. Hôtel du Golf. Le président du RDR, Alassane Ouattara rencontre le monde judiciaire. Photo: Mme Henriette Dagri Diabaté, Secrétaire générale du RDR

 Le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), élargi aux Forces Nouvelles et à l’Union Pour la Côte d’Ivoire (UPCI), a suivi avec intérêt la réunion du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine du 28 janvier 2011.Le RHDP se félicite de la réaffirmation par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA de « ses décisions antérieures sur la situation en Côte d’Ivoire, en particulier le communiqué de presse publié à l’issue de sa 251ème réunion tenue le 4 décembre 2010 et le communiqué de sa 252ème réunion tenue le 9 décembre 2010, ainsi que les communiqués de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO des 7 et 24 décembre 2010, respectivement, reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à l’issue du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010, sur la base des résultats certifiés par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, conformément à la résolution 1765 du 16 juillet 2007 et aux différents Accords signés par les parties ivoiriennes et entérinés par la CEDEAO, l’UA et les Nations unies » ;

Le RHDP se félicite de la réaffirmation par le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA de « la nécessité d’une solution pacifique rapide qui permette de préserver la démocratie et la paix, à travers le respect de la volonté du peuple ivoirien telle qu’elle a été exprimée le 28 novembre 2010, et favorise une réconciliation durable entre tous les Ivoiriens, à travers le dialogue »;

Le RHDP salue et soutient la ferme condamnation par le Conseil de Paix et de Sécurité, des exactions et autres violations des droits de l’homme, des menaces et actes d’intimidation, ainsi que des actes d’obstruction de l’action de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) ;

Le RHDP soutient également l’exigence de la levée immédiate du blocus de l’hôtel du Golf, de l’arrêt de tous actes de violence et des exactions contre la population civile, ainsi que des appels ayant pour effet l’incitation à la haine et à la violence, d’où qu’elles viennent ;

Le RHDP exprime aux Chefs d’Etat de la CEDEAO, de l’Union Africaine et à l’ensemble de la communauté internationale, sa profonde gratitude pour les importants efforts déployés en vue de la résolution de la crise post électorale en Côte d’Ivoire.

Le RHDP prend donc acte de la proposition du Conseil de Paix et de Sécurité de créer un Groupe de haut niveau pour le règlement de la crise « dans un délai qui ne dépassera pas un mois ».

Le RHDP rappelle que depuis deux (02) mois sept (07) missions de la CEDEAO et de l’Union Africaine se sont déjà rendues en Côte d’Ivoire pour le règlement de la crise.

Le RHDP rappelle également la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire, situation marquée par :
- des violations massives et quotidiennes des droits de l’homme,
des exactions commises contre les populations civiles, des enlèvements et assassinats perpétrés par des éléments des Forces de Défense et de Sécurité, des miliciens et mercenaires à la solde de Laurent GBAGBO, ayant déjà fait plus de 300 morts.
- La déréglementation du système bancaire par l’attaque de l’Agence nationale de la BCEAO,
- Les coupures d’eau et d’électricité dans le Centre et le Nord de la Côte d’Ivoire.

Le RHDP souhaite donc vivement que le Groupe de haut niveau rende le plus rapidement possible ses conclusions sans attendre nécessairement le délai d’un mois qui paraît long, et ce, pour tenir compte des souffrances du peuple de Côte d’Ivoire et pour mettre fin à la volonté manifeste de Laurent Gbagbo de provoquer le chaos en Côte d’Ivoire.

Le RHDP exhorte l’Union Africaine à agir promptement, en prenant comme elle l’a préconisé, « toutes mesures nécessaires y compris l’usage de la force légitime pour réaliser les aspirations du peuple ivoirien ».

Le RHDP assure enfin le Président Alassane OUATTARA de son soutien et de son engagement à mener toutes les actions de nature à lui permettre l’exercice de la plénitude des pouvoirs, à lui conférés, démocratiquement, par le peuple souverain de Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan le 31 janvier 2011

Pour le Directoire du RHDP
Professeur Henriette DAGRI DIABATE

Côte d’Ivoire : Le Premier ministre Soro Guillaume à Philippe Mangou : « Malgré toutes tes méchancetés, je te garderai toujours mon amitié et ma fraternité » 26 janvier, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Gbagbo fait suspendre la fourniture d’électricité dans les zones Centre, Nord et Ouest du pays | Le Président Nicolas Sarkozy (France) : « Le gouvernement du Président Ouattara est le seul légal et légitime » | Le ministre Hamed Bakayoko : « Gbagbo est un homme fini… » | Arrêté lors de l’attaque du siège du RHDP: un étudiant violé par 8 soldats de la Garde républicaine | Bamako: la conférence des chefs d’Etats de l’Uemoa demande au Président Ivoirien Alassane Dramane Ouattara, de nommer le nouveau Gouverneur de la Banque centrale (Bceao) |

Côte d'Ivoire : Le Premier ministre Soro Guillaume à Philippe Mangou :

A mon Cher Philippe Mangou,Depuis les capitales africaines où je suis en mission, l`on m`informe qu`il ne se passe de jour sans que je ne sois l`objet de propos injurieux et outrageants de ta part.Au-delà de l`émotion ressentie, je veux pouvoir me rappeler avec toi que trois ans durant, nous avons étroitement travaillé ensemble dans l`intérêt supérieur de notre pays commun, la Côte d`Ivoire. Je me souviens qu`avec ton Aîné, le Général Soumaïla Bakayoko, nous avons ensemble convenu d`œuvrer pour la paix et la réunification de la Côte d`Ivoire.Au cours de nos nombreuses séances de travail, j`ai pu apprécier en toi, non pas seulement ton intelligence, mais également ta dévotion religieuse. Ceci du reste, nous a rapprochés. Chrétien comme moi, nous partageons la même culture de l`Amour du prochain. Malgré tes propos vindicatifs de ces derniers jours, je veux garder de toi la belle image du Philippe que j`ai connu. Le Philippe pieux et disponible.La politique ne doit pas être ta tasse de thé.Je veux encore m`accrocher à l`idée que tu te trompes de bonne foi en croyant que le second tour de l`élection présidentielle du 28 novembre 2010 a consacré la victoire de Laurent. Car notre Dieu est un Dieu de Vérité.

En ce qui me concerne, au nom du même Dieu auquel nous croyons, je sais que Monsieur Alassane Ouattara a largement gagné le scrutin. Et je suis bien placé pour te le dire. Et pour cause : mieux que toi, j`ai toutes les données techniques et objectives de cette élection. Le 28 novembre 2010, je n`ai pas voulu trahir le Dieu de Vérité. Alors un jour ou l`autre, il nous jugera, je l`espère, avec plus ou moins de circonstances atténuantes.

Mon cher Philippe, malgré tout ce qui peut nous opposer, en dépit de toutes les méchancetés que tu pourras dire de moi, je veux que tu saches une seule chose : je te garderai toujours mon Amitié et ma Fraternité. Car je suis fidèle en Amitié.

A présent, je t`invite à servir l`Amour du Prochain aux Ivoiriens. A les rassurer et à les protéger.

Sincèrement pour la vie.

Ton Ami et Frère Guillaume SORO

Source : Le Nouveau Réveil du mercredi 26 janvier 2011 | Posté le : 26-01-2011

Lire aussi !
dfba6ba801ccbecf1a601cb744517a4d dans Liens Côte d’Ivoire : Réquisition de la Bceao : le communiqué du Président Alassane Ouattara
posté le : 26-01-2011
716855f92869e6377955bc1e9978a5d9 Côte d’Ivoire : Nanan Ndri Augustin sur RFI : “La Côte d`Ivoire n`a pas un problème ethnique”
posté le : 26-01-2011
67b6831301c09f81d09b1786bd2611f1 Côte d’Ivoire : Sanctions dans le secteur du café-cacao : le communiqué du premier ministre Guillaume Soro
posté le : 26-01-2011
d99e1a67566f6f0d09260c16ecc408fe Côte d’Ivoire : Affrontement milice, jeunes du Rhdp le lundi à Abengourou / Hamed Bakayoko sauve Mian Augustin et sa milice
posté le : 26-01-2011
3b730c866e8fbdff3e22bd63e937e044 Côte d’Ivoire : Sommet de l’Union panafricaine de la Jeunesse à Dakar – Les jeunes africains unanimes : “Pas de compromis à l`installation du Président Ouattara”
posté le : 26-01-2011

 

Le président de l’UA invite ADO à Addis-Abeba

Dans une correspondance officielle, le président de l’Union africaine informe Alassane Ouattara du lancement d’une œuvre intitulée « Le Rêve Africain : De la Pauvreté à la Prospérité », dont il est l’auteur. Le Président du Malawi, par ailleurs, invite le Président de la République de Côte d’Ivoire au lancement de son œuvre. Pas de doute pour Bingu wa Mutharika, la Côte d’ivoire n’a pas deux présidents.

Voici la lettre d’invitation au lancement de l’œuvre « Le rêve africain »

Son Excellence Alassane Ouattara
Président de la République de Côte d’Ivoire ABIDJAN

Excellence et Cher Frère,
J’ai l’honneur de vous inviter, Votre Excellence, au lancement de mon oeuvre intitulé « Le Rêve Africain : De la Pauvreté à la Prospérité, » le 29 janvier, 2011 à Addis-Abeba, Ethiopie, à l’Hôtel Sheraton, Lalibella Bauroom Salon 3, à partir de 17h00.

L’inspiration de rédiger cet oeuvre a émané de ma vive conviction que le continent africain n’est pas pauvre, mais les peuples africains sont pauvres. En effet, l’Afrique est dotée de richesses minérales immenses, du pétrole et d’eau abondante, de bons sols arables, du climat propice, du patrimoine culturel riche que nous devons exploiter afin de stimuler la prospérité au profit de tous nos peuples.
Cette œuvre, « Le Rêve Africain, » cherche à promouvoir la conscience de la grande potentielle d’Afrique pour le développement important socio-économique qui amènerait les peuples africains de la pauvreté à la prospérité. Le message de l’œuvre est que maintenant l’Afrique se déplace de « l’Afro-pessimisme » à « l’Afro-optimisme ».
Je crois que nous avons tous une obligation collective de sauver notre beau continent de la pauvreté étouffante et endémique. Il faut restaurer un sens de fierté et l’espoir parmi nos peuples à travers le continent que l’Afrique s’améliore.
Je me sentirai bien honoré si Votre Excellence, auriez le temps d’honorer le lancement de l’oeuvre.

Prof Bingu Wa Muthatika
Président de la République du Malawi
Président sortant de l’Union africaine

Damana Pickas (LMP)Le spécialiste en destruction de papier : « Il y a des moments où la mort est mieux que la défaite » 25 janvier, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

Le spécialiste en destruction de papier 

Commission

© AFP par DR
Damana Adia Pickass (G), représentant de Laurent Gbagbo, arrache la feuille de résultats partiels de l`élection présidentielle en Côte d`Ivoire des mains du porte-parole de la Commission électorale, le 30 novembre 2010 à Abidjan

 Il suffit que la mort se présente à la porte de M. Damana, il prendra la tangente. Ayez le courage de dire la vérité un jour. M. Damana, Mieux vaut nous dire que vous ne faite que valoriser les millions que le FPI vous a donné.  D’ailleurs dite nous sur quelle base vous avez travaillé comme commissaire central de la Commission électorale indépendante (CEI). Les enfants sont à l’image de leurs parents. M. Damana Pickas est à l’image de M. Gbagbo et son épouse Mme Simone. Ils (FPI) préfèrent mourir que de reconnaitre la victoire du RHDP. 

Après vous M.Paul YAO N’dré, le superman qui compte 22 000 PV en 24 heures a joué sa partition en alignant ses mensonges. Ce brillant juriste n’avait pas le choix tout comme vous. Chacun fera ce qu’il doit faire, c’est bien ça le mot d’ordre du FPI. Si M.Gbagbo tombe vous tomberez. Alors préparez votre chute libre. Car c’est pour bientôt.

M.Damana, un rappel, en arrachant la feuille de résultats partiels de l`élection présidentielle en Côte d`Ivoire des mains du porte-parole de la Commission électorale, le 30 novembre 2010 à Abidjan. Vous aviez dit à M.Bamba: « On te dit de laissez ça, laisse ça là ». Monsieur le commissaire central de la Commission électorale indépendante (CEI) cette expression illustre réellement votre niveau scolaire.

Soyez en sûres, le RHDP ne se salira pas les mains de vos sang. Vous (FPI) vivrez encore longtemps en regardant la Côte d’Ivoire avancée dans son développement sous la direction du RHDP. Du courage car nous ne sommes qu’a la première année.

(MDRDR)  

 

Côte d’Ivoire : Odinga et Soro battent le rappel des troupes contre Gbagbo 21 janvier, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

FLASH: UEMOA: les chefs d’état confirment que seul le Président Alassane Ouattara signe au nom de la Côte d’Ivoire   |   Sommet de l’Uemoa à Bamako (Mali): le premier ministre Guillaume Soro représente le chef de l’état, SEM Alassane Ouattara   |   Sommet de l’Uemoa à Bamako: le gouverneur de la Bceao, Dacoury-Tabley présente sa démission. L’intérim assuré par Jean-Baptiste Compaoré   |   Youssoufou Bamba, ambassadeur de Côte d`Ivoire à l`ONU: « Il y a plusieurs mesures prévues par la charte des Nations unies, y compris l`usage de la force. Je crois que nous sommes dans cette dynamique-   |   Abidjan: violents affrontements armés durant la nuit à Abobo. De morts et des engins militaires carbonisés   |  

Côte d'Ivoire : Odinga et Soro battent le rappel des troupes contre Gbagbo dans Liens 021012011093032000000odingasoro

Raila Odinga et Guillaume Soro, le 3 janvier 2011 à Abidjan. © Issouf Sanogo / AFP

Les militaires de la Cedeao disent qu’ils n’attendent plus que le feu vert des politiques pour passer à l’action contre le président sortant Laurent Gbagbo. Parallèlement le médiateur de l’UA Raila Odinga et le Premier ministre de Alassane Ouattara, Guillaume Soro, vont de capitale en capitale pour exposer leur point de vue aux chefs d’État africains sur la crise ivoirienne.

Il y a des coïncidences qui ne trompent personne. Alors que le médiateur de l’Union africaine, le Premier ministre kényan Raila Odinga, et le Premier ministre de Alassane Ouattara, Guillaume Soro, étaient en tournée diplomatique pour préparer les esprits à une éventuelle intervention militaire contre Laurent Gbagbo, les commandements des armées ouest-africaines se sont dit « prêts » à intervenir en Côte d’Ivoire. Si le hasard n’y est pour rien, c’est ce qui s’appelle une opération rondement menée de pression diplomatico-militaire sur le président ivoirien sortant.

« Nous sommes prêts sur le plan militaire, il appartient aux chefs d’État de nous donner les instructions », a déclaré jeudi le général nigérian Olusegun Petinrin, à l’issue d’une réunion des chefs des armées des pays de la Cedeao à Bamako. De son côté, un officier nigérian a affirmé que l’Onuci, qui sera bientôt renforcée de 2 000 Casques bleus, passant à 11 500 hommes, ne regarderait pas sans rien faire. « Nous agirons de concert avec elle si l’intervention militaire est décidée ».

Parallèlement à cette confirmation de la menace d’une intervention militaire sous l’égide de la Cedeao, Raila Odinga était en mini-tournée africaine pour rendre compte de l’échec de sa seconde mission à Abidjan – Laurent Gbagbo refusant inlassablement de quitter le pouvoir. Après un passage au Ghana, qui est opposé au recours à la force, ainsi qu’au Mali et au Burkina Faso, où il a rencontré le président Blaise Compaoré et a fait savoir, le 19 décembre, que l’UA envisageait des sanctions économiques contre Gbagbo, Odinga est arrivé jeudi à Luanda pour tenter de convaincre le président angolais José Edurdo dos Santos de ne plus soutenir le président sortant ivoirien en cas d’échec d’une solution pacifique à la crise ivoirienne. Puis Odinga devait se rendre en Afrique du Sud pour rencontrer Jacob Zuma, réputé très proche de Dos Santos, avant de rentrer enfin à Nairobi.

Question de signature

De son côté, Guillaume Soro est sorti pour la première fois officiellement de l’hôtel du Golf où, après y avoir refuge, Alassane Ouattara et son gouvernement sont soumis à un strict blocus terrestre des forces fidèles à Gbagbo. Accompagné de son ministre du Plan, Albert Mabri Toikeuse, Soro a été reçu jeudi à Ouagadougou par Blaise Compaoré, auquel il a remis un message de la part de Alassane Ouattara à l’occasion du sommet des chefs d’État de l’UEMOA (Union économique et monétaire Ouest africaine) prévu samedi à Bamako. Soro a également indiqué qu’il se rendrait à ce sommet pour « s’assurer » avec les chefs d’État que les mesures prises par les ministres des Finances de l’Uemoa conférant à Ouattara la signature sur les comptes de la Côte d’Ivoire au niveau de la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest) seraient appliquées « effectivement et intégralement ». En clair, Soro plaide pour que le gouverneur de la banque, Philippe-Henri Dacoury-Tabley, proche de Gbagbo, soit destitué lors du sommet.

Mais avant de se rendre à Bamako samedi, Soro est aussi allé rencontrer le président Faure Gnassingbé à Lomé. Et il devait ensuite se rendre au Niger et au Nigeria. « Il est important pour le gouvernement ivoirien de faire le tour de certaines capitales pour nous assurer que les choses se déroulent bien au niveau de cette Union et surtout qu’au niveau de la BCEAO, la signature de M.Ouattara et de son gouvernement sont bel et bien reconnues », a souligné Soro. (Avec AFP)

L’opération « pays mort » : Adjamé, Attécoubé…Abobo : 05 morts et plus de 20 blessés 20 janvier, 2011

Posté par Webmaster dans : Liens , ajouter un commentaire

 Publié le jeudi 20 janvier 2011   |  Le Mandat 

Qui sont ceux qui ont tiré à balles réelles sur les habitants de Boribana jusque dans leurs maisons (Quartier situé à 5mn de marche de l’ONUCI)???

Où allons nous avec ces morts que nous comptons tous les jours que DIEU fait??? (Les Messagers du RDR)

 

Crise

Les militants RHDP qui ont suivi à la lettre l’appel à la désobéissance civile dénommée « pays mort » lancé depuis le mardi 18 janvier dernier, par le gouvernement légitime conduit par Guillaume Soro, ont été sévèrement réprimés hier, mercredi, par les éléments de la Garde Républicaine. Cette répression menée par la GR sur les militants RHDP des communes d’Attécoubé et d’Adjamé ont fait 03 morts et 17 blessés, selon des témoins oculaires.Aux dires de ces derniers, c’est entre 10h et 11h que les éléments de cette compagnie des FDS à la solde de Gbagbo sont arrivés au carrefour de Sebroko, à proximité du siège de l’ONUCI, sous prétexte de disperser un attroupement qui, selon eux, empêcherait la libre circulation. Selon toujours les témoins joints au téléphone, les éléments du Général Dogbo Blé Bruno n’ont pas hésité à tirer sur les manifestants aux mains nues, faisant deux morts et 17 blessés. A en croire une autre source, la veille, des éléments des FDS ont fait deux blessés au même endroit. Par ailleurs, les éléments de la GR ont pourchassé les militants Rhdp jusque dans leurs maisons pour les y extraire et les martyriser ensuite.A Adjamé et à Abobo, les partisans du président Alassane Ouattara n’ont pas échappé à la furie des hommes en uniforme. Bilan, 01 mort et plusieurs blessés dans chacune des deux communes. Mais, malgré cette répression, les militants Rhdp qui n’entendent pas se laisser intimider, déclarent maintenir la pression pour faire plier l’échine au mauvais perdant, Laurent Gbagbo, dont les jours sont désormais comptés au palais. 

Le president de la république était hier sur TV5. Vous pouvez suivre l’entretien.

Le president de la république était hier sur TV5

123

DES IDEES ET DES REVES Nord |
cceta |
Les Enragés d'Aurillac |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MP6 AMBERT
| LIVRY SUR SEINE
| Le blog des idées non-reçue...